Archives pour l'étiquette information

nightcrawler again

Comme dans un article précédent, on va reprendre l’image de Nightcall, mais cette fois-ci pour non pas évoquer la critique des médias, mais pour reprendre et appuyer les propos de Pierre Bourdieu : dans son ouvrage Sur la Télévision, le sociologue français lie journalisme professionnel et commercial. De plus, il dégage une thèse selon laquelle le journalisme exercerait une emprise de l’information sur le champ de la diffusion médiatique.

On peut alors reprendre le film de Dan Gilroy pour illustrer ses propos.

Non seulement, dans le film, on voit que le journalisme est plus professionnel que commercial (point de vue qui pourrait être exagéré suite à la caricature du film). En effet, le personnage principal Louis Bloom fait ce métier non pas pour la passion du journalisme et des actualités, mais pour gagner de l’argent. De plus, les images ont de la valeur lorsqu’elles répondent aux besoin des téléspectateurs, ce qui influe le champ de recherches d’images en fonction des attentes des téléspectateurs. D’ailleurs, il ne propose pas des images intéressantes, il propose des images choquante car celles-ci attireront des audiences et feront grimper les chiffres du KWLA show.

C’est ainsi que l’on constate qu’il existe deux médias : les médias.

Les chiffres peuvent parler !

Les chiffres arabes que nous utilisons tous les jours s’inscrivent complètement dans nos dialogues et nos écrits. Mais lorsqu’on les note de manière littérale (vingt-trois plutôt que 23), ils n’ont plus le même message. C’est-à-dire que lorsque la forme change et que le fond reste le même, l’information que délivre le nombre n’est plus tout à fait la même.

Si l’on écrit « 12 », on pense plus au nombre mathématique, à sa dénotation statistique, au fait qu’il soit divisible par 2, 3 et 4, et à son côté dénombrant. Alors que si l’on écrit « douze », le côté littéral fait plus penser à la symbolique de ce nombre, on pense plus particulièrement aux apôtres qui furent douze par exemple dans la mythologie Chrétienne.

McLuhan est un intellectuel canadien qui fondit des études contemporaines sur les médias. Ce qui retient notre attention c’est justement qu’il a dit : « Le message, c’est le medium. ».

Selon lui, le canal de communication constitue le premier message de l’information. Si l’on parle de nombres oralement, on pensera directement que la discussion traite de statistiques, d’argent ou de sciences communément. Donc la forme est une information à part entière.

Les nombres parlent d’eux-mêmes, ils ont une « dimension tactile » qui nous rapproche de ce que nous dénombrons. Les journalistes utilisent les statistiques afin de mieux « palper » l’information, de la traduire en visuel d’effectifs.

Dans Pour comprendre les médias, McLuhan cite Baudelaire.

« L’ivresse est un nombre. Le plaisir d’être dans les foules est une expression mystérieuse de la jouissance de la multiplication du nombre. » – Charles Baudelaire

 

 

Références et sources :

McLuhan, M. (1968). Pour comprendre les médias. New-York : McGraw-Hill.

Baudelaire, C. (1887). Mon cœur mis à nu.

Wikissimo.aim.asso.fr. http://wikissimo.aim.asso.fr/lib/exe/fetch.php?media=mcluhan_m_pour_comprendre_les_medias.pdf

Le bêlement du troupeau médiatique

46906_p

Pierre Bourdieu est un sociologue français l’un des plus importants du 20 ème siècle. Dans son ouvrage Sur la télévision publié  en 1996 il démontre que le système concurrentiel capitaliste pousse les différents médias à relayer les mêmes informations. Et qu’à cause de  ce flux médiatique ininterrompu et monotone les informations essentielles sont dissimulés. Des réflexions aisément vérifiables lorsque l’on regarde les gros titres des différents journaux papiers et télévisés.  Lorsque l’on complète sa thèse avec les récentes observations faites sur le nouveau grand média d’information qu’est internet ou tout le monde à la liberté de promulguer sa parole comme vérite, on rentre dans un système médiatique ou il est très dur de discerner la réalité tangible. Entre les écrans de fumée de la presse traditionnelle et l’inexactitude et le manque de sérieux de certains sites internet rend le paysage médiatique confus. La vision de Bourdieu est extrêmement juste et je pense que pour endiguer cela il faut que l’on développe notre littératie médiatique dès le plus jeune âge.