Archives pour l'étiquette jeu vidéo

MON PORTRAIT SONORE : GAME SPIRIT

Pour mon interview sonore, j’ai interviewé Max, le gérant de la salle d’arcade GameSpirit.

Cette expérience m’a enrichi, ayant pris rendez vous pour réaliser l’interview auparavant, à mon arrivée, je rencontrais Max, le gérant des lieux.
J’ai décidé de faire l’interview sur place, dans la boutique même, seulement, étant en fin d’après-midi, de nombreux joueurs étaient sur place, parlaient, jouaient, criaient et tapaient frénétiquement sur les boutons des machines. J’ai d’abord eu peur que tout cet environnement sonore ne nuise à la qualité audio de l’interview, mais après avoir réglé consciencieusement le micro, le rendu était bon, et les bruits en arrière-plan donnent le décors du lieu, permettant ainsi aux auditeurs de visualiser la scène.

Avec un peu de recul, je trouve mon interview un peu courte, il manque surement un peu de contenu sur la personne en elle-même qui est interviewé, notamment la question : « Joue-t-il encore aujourd’hui autant qu’avant, et le plaisir est-il toujours la ? » Même si il dit qu’il joue beaucoup en ce moment à Street Fighter V.
Pour les points positifs, je pense avoir pleinement pu profiter du lieu et des bruits ambiants, que ce soit au niveau de la musique s’échappant des bornes, des boutons et manettes utilisés ou encore des interactions des joueurs entre eux.

L’univers alternatif

deus-ex-human-revolution-game-hd-wallpaper-1920x1080-6804

Avant de commencer,veuillez enfiler un casque audio et tout en lisant l’article écoutez ceci: OST Michael Mc Cann

 

Plusieurs grand succès du monde du jeu vidéo se basent sur le principe de monde alternatif :

Monde persistant reprenant de nombreux fait historique tout en, en  exagérant certain pour donner un avenir  ou un passé différent à celui qui nous ai contemporain.

C’est le cas de Deux EX : Human Revolution que je vais vous présenter ici tout en reprenant les écris de Hannah Arendt.

Monde ou l’homme et la machine vive plus qu’une symbiose ; ils ne font qu’un.

Adam Jenssen

Les modules de greffes bionique et nano technologique sont les nouvelles problématiques qui régissent le monde en 2027

Les scientifiques, les grosses corporations et les média dirigent ce monde.

Le monde est entré dans une voie de poste modernisme avancé ou l’évolution technologique dépasse l’entendement humains et le tire vers sa chute. L’humanité se divise en deux les « Augmenté » fier du succès de l’évolution ils l’on carrément incorporé à leur chair et, les humains pur ceux qui résiste à la tentation de devenir « plus » que de simple mortel.

 

Dans son œuvre Hannah Arendt fais par de son inquiétude, par rapport au sujet machine Humain ou l’un sur l’autre un jour devra exister une domination voir même une inquiétante prise de consciences de la machine sur l’Homme et de sa propre existence. Le monde Corrompu de Deus Ex répond complètement à cette problématique et initie un voyage dans le futur aux prémices du règne de l’IA (Intelligence Artificielle).

 

Plus qu’un jeu vidéo cet oeuvre vidéo ludique avec une OST d’exception de Michael Mc Cann nominé BAFTA Awards vous immerge dans ce que pourrai être le monde demain, plus les jours passent et plus les similarités  entre notre monde et celui de Deus Ex sont grandes , sont de plus en plus inquiétantes.

 

 

Et vous avez-vous peur de l’avenir ?

 

Sword Art Online et eXistenZ, même combat : celui de Baudrillard

Connaissez vous Sword Art Online? Connaissez vous eXistenZ? Si ce n’est pas le cas, laissez moi vous résumer la chose.

sword-art-online-wallpaperSword Art Online (que nous appeleront SAO par la suite) est un manga dans lequel on suit l’histoire d’un jeune homme, Kirigaya Kazuto, qui se retrouve enfermé dans un jeu vidéo à réalité augmenté dont il est relié directement au cerveau.

existenzeXistenZ, sorti bien avant, en 1999, est très siilaire. Sans entrer dans les détails de l’intrigue, il s’agit de personnes qui jouent à un jeu du même type, en branchant directement la console à un port bionique greffé aux joueurs.

Dans un cas comme dans l’autre, les personnages perdent le contrôle le leur corps pour vivre dans celui d’un avatar, d’un personnage numérique.

Mais là où SAO se contente de construire une simpe histoire dans un jeu vidéo, eXistenZ est quant à lui une véritable critique de la société digne des réflexions du philosophe Jean Baudrillard, qui dénonce la volonté de la société à vivre dans une simulation de vie plutôt que de profiter du monde tel qu’il est.

Mon projet de recherche

Le cinéma et le jeu vidéo sont des arts très liés, à la fois de par le divertissement qu’ils proposent, mais aussi et surtout, par les procédés d’expressions et de réalisation qu’ils emploient. Depuis l’apparition du jeu vidéo, ces deux forment de divertissement se sont beaucoup influencés mutuellement.

En effet, ces deux arts s’échangent sans arrêt des procédés de transmission de l’information. Le jeu vidéo s’est très vite rapproché du cinéma, notamment avec l’apparition des cinématiques très tôt dans l’histoire du jeu vidéo. Aujourd’hui, certains jeux comme Beyond two souls, avec Ellen Page dans le rôle principale, où le gameplay repose sur l’influence que le joueur va apporter, et au choix qu’il va réaliser. Ce type de jeu qui cherchant un équilibre entre cinéma et jeu vidéo serait apparu dans le sillage d’Heavy Rain, porté à la fois par son graphisme et son game design jugés révolutionnaires à sa sortie.

Le cinéma n’est pas en reste, et va emprunter au jeu vidéo son esthétique graphique et la 3D, un élément propre au jeu vidéo, va même apporter un renouveau dans le domaine du cinéma d’animation. Le cinéma a très vite compris que le jeu vidéo aurait un impact sur le cinéma avec cette technique d’animation, et ce n’est pas pour rien que le premier film à utiliser la 3D (Tron) place le jeu vidéo au centre de son récit. De nos jours, le cinéma demeure très inspiré des jeux vidéo, ainsi, beaucoup de films voient leur esthétique graphique tirée des plus grands jeux. C’est le cas pour les derniers films Star Trek dont l’esthétique graphique a été très influencée par l’excellent et mondialement reconnu Mass Effect, le cinéma utilise la patte graphique du jeu vidéo pour faire évoluer une série esthétiquement obsolète en un produit adapté au visuel de son époque. D’autre part, le jeu vidéo fascine les cinéastes, et certains jeux sont transportés sur grand écran, comme par exemple la série de jeux Silent Hill, qui connaitra une adaptation cinématographique en 2006.

Ces deux médias étant très proches, étudier une problématique à ce propos m’a semblé pertinent, regorge de références qu’il me semble utile de connaitre, d’autant plus que le divertissement, soit par le jeu vidéo soit par le cinéma, est une branche pouvant constituer une continuité à la formation dans laquelle nous nous trouvons.