Archives pour l'étiquette JR

JR dans la rue


Récemment JR a fait disparaître la pyramide du Louvre.

Son vrai nom est Jean René et cet artiste français s’est fait connaître grâce à ses différentes séries de collages. Nous pouvons citer dans les plus connus Women are heroes, un projet qui consistait à afficher dans de nombreuses villes du Brésil, Kenya, Liberia, Cambodge, Sierra Leone et d’Inde, le visage de femmes sur des grandes affiches.

709100-000_dv158759

Il a également placardé des photos sur la « barrière de sécurité » c’est à dire le mur qui sépare les Palestiniens des Israeliens. En plus d’être illégale,  l’oeuvre Face 2 Face a beaucoup fait parler d’elle vu que les portraits en question étaient ceux des personnes de l’autre coté du mur faisants des grimaces ( les Israéliens voyaient les Palestiniens et inversement). Il a fait en quelque sorte tomber ce mur en béton avec cette oeuvre. Ces clichés reposent la plupart du temps sur une vision positive du monde qui tend en tout cas à le rendre meilleur. Continuer la lecture de JR dans la rue

L’aura de Jr

Jr artist est un artiste contemporain qui a fait disparaitre le musée du Louvre à Paris ce 29 mai. Il a créé une oeuvre sur la pyramide de l’entrée du musée qui permet par un trompe l’oeil de rendre la devanture du musée en noir et blanc :

On comprend ici qu’il s’agit de faire de l’art, pour l’art.

Mais peut-on vraiment parler d’Aura pour cet oeuvre ?

Ce terme utilisé par Walter Benjamin signifie la spécificté d’une oeuvre d’art à s’inscrire à un endroit précis dans l’histoire. Cependant, certes cette oeuvre d’art répond à ces critères, mais peut -on parler de sentiment ? Le sentiment que chaque personne ressentira en voyant cette oeuvre sera unique, mais il durera qu’un court instant et ne sera reproductible.

Cepedant, on constate la présence de l’aura sur cette photo :

Photo de Jr devant son oeuvre avec la foule

On le voit prendre un selfie avec la foule devant son oeuvre, et c’est à ce moment, unique dans le temps et dans l’espace, qu’on peut parler du terme de « l’aura », car cet instant ne peut pas être reproduit. De plus, cette photo ne peut pas être copiée, c’est l’originale qui ne peut rester qu’originale.