Archives pour l'étiquette Le dernier des Céfrans

TOP 3 des courts métrages (ce n’est que mon humble avis)

Après avoir longuement parlé du Festival du film, il serait blasphème de ne pas vous parler de mon top 3 à moi.

En 3ème position, Nino de Metal de Pedro Garcia-Meija (cat. I10).

Un court métrage efficace sur un père métalleux qui doit garder son fils après que son ancienne compagne « La vamp » l’amène à son stand de t-Shirt. Esthétiquement beau, un maintien du noir et blanc et un rythme absolument parfait décrivant la gradation de l’action.

niño-de-metal

maxresdefault

489700298_640

En 2ème position, 365 de Myles Mc Leod (cat. L1)

Un concept innovant et accrochant, une animation d’une seconde par jour pendant un an. Que dire de plus? Vif, drôle et surprenant, les 7minutes de ce court métrage passent à la vitesse grand V. On remarque également que le film est classé en mois, on devine donc des animations en lien avec les dates qu’elles représentent.

365_03

365_450

365-main-edit.Still003

En 1ère position, j’ai choisi The bravest, the boldest, de Moon Molson. (cat. I9)

Une femme se cache des soldats qui l’attendent chez elle, consciente de ce qu’ils vont lui annoncer. Un court métrage plein d’émotions, avec très peu de dialogues, mais qui fonctionne, le jeu de l’actrice est tout bonnement parfait, ses yeux et son expression parlent pour elle et retranscrive une douleur viscérale, celle de la mort de son fils. Le spectateur comprend la situation sans qu’on ait besoin de lui expliqué, cette femme nous fait lire en elle avec son jeu. Très beau court métrage et chapeau bas à Moon Molson.

bravesttheboldestthe

the-bravest-the-boldest

Actress Sameerah Luqmaan-Harris in the film "The Bravest, The Boldest"

Dans la liste qui précède, je n’ai pas parlé de mon coup de coeur (probablement parce qu’il a fait beaucoup de bruit et que c’était surement barbant d’en entendre parler à nouveau pour vous). Mais bien évidement, Le dernier des Céfrans de Pierre-Emmanuel Urcun (cat. F9).

Un court métrage drôle et fin. Léger à regarder et pourtant lourd de sens. De très bons acteurs (que nous avons eu la chance de rencontrer pour leur poser des questions; bon ok on leur a couru après…) qui savent faire entrer le spectateur dans un univers qui pourrait lui être inconnu. Les dialogues sont très bien écrits et font beaucoup rire avec spontanéité.

image_gallery

LE-DERNIER-DES-CEFRANS-01-785x423

LE-DERNIER-DES-CEFRANS-03

Enfin voilà, je le redis, mais allez faire ce festival, c’est plein de surprises!

A bon entendeur, salut!

Les meilleurs films du festival de Clermont-Ferrand

Voici une sélection de mes coup de cœur du Festival.

« Le dernier des céfrans » de Pierre-Emmanuel Urcun qui a reçu le prix  « Canal + » cette année, est mon coup de cœur parmi la quarantaine de courts visionnés. Il est drôle, bien écrit et son sujet est intéressant et d’actualité. Après le visionnage nous avons pu rencontrer l’équipe du film. Ils nous ont expliqué qu’ils ont du faire preuve de patience pour voir leur projet aboutir (production, distribution…).

 

 

Un autre film que j’ai bien aimé c’est  « Mon bras armé » de Mathilde Nègre court animé de 3 min. La musique ainsi que les dessins m’ont déconcerté.

 

 

Enfin, « Lystopad » (feuilles mortes) de Kondakova, un film ukrainien qui illustre la vie sociale des banlieues dans un pays pauvre et dangereux.

1. LA VILLE DU COURT

B82QkNZCIAEztEx


Lundi 2 : 

 C’est entre flocons de neiges et applaudissements que j’ai découvert le festival du court métrage de Clermont-Ferrand avec ma classe. Malheureusement retardataire pour la première séance de prévu, je me suis rattrapé par la suite en allant voir la L2, I12 et I11. Ce n’était pas qu’une foule française qui laissait ses traces dans la neige Clermontoise. Le public venu de tout horizon, apportait une ambiance chaleureuse au festival. La visite de la ville rythmait cette journée un peu comme une entracte entre chaque séance de cinéma. La place, le marché du film, la cathédrale Saint Sacrément, L’Electric Palace, les bars étaient parfaits pour une mise en bouche de la ville du court.

Mardi 3 : 

C’est entre la F2, F9 et L5 que j’ai poursuivit le festival auprès de mes camarades de classe. Vous découvrirez les courts métrages à voir d’urgence dans le prochain article. Ce matin, ma classe et moi avons sympathisé avec l’équipe de réalisation du métrage « Le dernier des Céfrans ». Discuter avec eux est une chance que j’ai saisie. Cette journée s’est terminée par une rencontre inattendue que je raconterai dans un prochain poste.

Mercredi 4 : 

C’est entre mélancolie et bon souvenirs que nous sommes repartis aujourd’hui, laissant derrière nous un dossier que nous rouvrirons surement au Canada, celui de notre indépendance, de nos instants festifs et de nos découvertes.

Pour ceux qui veulent plus de dossiers RDV sur : https://twitter.com/search?q=%23creanum&src=typd


B80y-AUCQAA6rLe