Archives pour l'étiquette main

La main, expansion du domaine créatif

Pour l’écriture de ce dernier article, je vous exposerais ma définition propre de ce qui est pour moi un moyen de création et d’utilisation de toute sorte : la main, par son aspect de signifié mais aussi le lien entre la pensée et la réalisation. Passer d’une idée abstraite ou image mentale à un objet de concret.

La main est donc l’organe préhensile relié à l’avant bras par le poignet. Au quotidien il s’agit d’un des membres de notre corps le plus utilisé par son développement, composition de cinq doigts en symétrie parfaite.
Ce membre est des plus complexes dans sa composition et son fonctionnement au niveau physionomique. En effet on retrouve une certaine homologie entre les membres des mammifères, certains tétrapodes disposant de mains les autres de nageoires, d’ailes ou de pattes. Par son évolution la main est présente chez la plupart des espèces connues et fait part de son utilité pour chaque animal ou humain.

Homology

Elle participe au développement d’un des sens des plus importants sur lequel se base la mémoire kinesthésique, le toucher. Ressentir les choses à travers ces deux parties des membres supérieurs. La main est la continuité de la pensée, elle appuie nos propos lors de discours ou sert à parler, à s’exprimer, délivrer un message par son engagement et dans la reproduction. Elle est aussi en majeure partie utilisée dans la langue des signes.

On peut donc penser à l’art en globalité. La main par son aspect technique et par l’entraînement de ce membre à par entière devient un moyen d’expression. Elle permet la concrétisation d’images mentales. Passer de l’abstrait au concret dans l’art est utilisé par les médiums comme la peinture ou le dessin mais tout les artistes travaillent avant tout de leurs mains. A la fois objet créatif et innovant, par sa dextérité elle permet d’appliquer notre vision de voir les choses. Elle est l’outil de la création le plus utilisé aussi dans la religion par exemple (la main de Dieu, main de shiva…).
Prenons donc un exemple concret pour illustrer mes propos.

Bryan Lewis Saunders est un artiste de performance, américain ayant réalisé de nombreux travaux sur l’inconscient et les rêves. Il s’intéresse donc à l’imagerie virtuelle de ses rêves. Ce que j’explique un peu plus dans mon article précédent.
Il fait l’expérience de réaliser sous l’influence de différentes drogues des autoportraits de lui. On voit bien certaines fois à quel point certaines drogues modifient sa perception des choses en affectant différentes zones du cerveau.

champi

peinture à l’huile réalisé sous les effets de sauge divinatoire. Ici l’artiste réalise une réelle performance de l’esprit et s’inscrivant dans les limbes du spiritualisme.
Ici si je présente cet exemple c’est entre autre parce que je trouve la relation entre la main et le cerveau très étroitement liée. On retrouve dans sa façon de voir sous l’effet des psychotropes une réelle connexion entre l’outil créatif et l’outil spirituel et penseur qu’est le cerveau. La main est le prolongement de la pensée ou des visions qu’il entrevoit. Certes ce genre de méthodes restent controversées par l’usage excessif de drogues de toutes sortes très dangereuses pour la santé de l’artiste lui ayant valu quelques séjours à l’hôpital. Elle relate l’expérience sur les effets d’un cerveau humain et aussi dans sa représentation. La main est l’outil à forme dans lequel prenne vie les objets.
N’oublions pas les essais du LSD faits par des scientifiques de la CIA sur des soldats pendant les années 60, notamment utilisés comme soi disant sérum de vérité pendant la chasse aux sorcières et le MacCarthysme.

Pour en revenir au sujet principal la main est l’objet concret modélisant le psychique, le conscient et le rêve, l’idée spirituelle en une idée que l’ont peut ressentir par le toucher. A la fois elle exprime les émotions et ressent les sensations.

De Caligan à Hitler, par Kracauer

Le cinéma allemand, son effet sur le régime nazi ?

Kracauer a fait des études de journalisme. Il a un fort intérêt pour la société, les faits divers qui s’y déroulent. Il a des idées marxistes et est anti capitalisme. Il va en Allemagne en 1933. En 1937 il va aux Etats-Unis.

Il est à l’origine de l’effet Schüfftan, effet spécial, le concept est de rajouter une image sur l’image. Cela permet de créer des effets spéciaux pour ses films.

Il montre la présence du coeur dans le travail de ses ouvrier.

Il y a le cerveau, les mains, et le médium : le coeur.

Ils ont influencé dans le fond et la forme la façon de pensée des allemands. Les films portent les symptomes de l’avenement du Reich. A partir d’un corpus de film qu’on va analyser à posteriori on va pouvoir démontrer l’évolution de pensé de la société allemande.
Y-a-t-il un lien entre l’évolution de la société et la culture audiovisuelle ?