Archives pour l'étiquette Marchandise

La sociopolitique de spectacle

Guy Debord est un homme qui aime à toucher à toutes les formes de l’art, quelles soient d’ordre littéraire, cinématographique etc…

Il est à l’origine du mouvement du situationnisme qui succède au dadaisme, au surréalisme ou même le lettrisme. Ce mouvement tente d’en finir avec le malheur que les époques précédentes ont subits et ainsi mène à une révolution politique, sociale etc.

Debord est alors le premier à mettre en place une définiton pour la notion de « sociopolitique de spectacle ».

D’après ce qu’il nous dit, à notre époque tout ce qui touche à la communication de masse ou à la culture de masse ont une emprise forte sur notre société, les commerçants, les industries façonnent notre pensée pour que nous pensions tous à l’identique.

« Le concept de spectacle se réfère à un mode de reproduction de la société fondé sur la reproduction des marchandises, toujours plus nombreuses et toujours plus semblables dans leur variété. »

C’est ainsi que nous avons une autre approche du mot de spectacle. N’a-t-on jamais voulu acheter quelque chose parce que l’objet était nouveau ? C’est ainsi que la société nous modèle, c’est ainsi qu’elle nous donne l’impression d’exister à travers nos envies, de nous montrer de part notre capacité à consommer ; ce qui est en fait une mauvaise chose ; il faut savoir prendre notre vie en main et ne pas succomber à ces tentations qui découlent de la manipulation.

 

Sources :  https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Soci%C3%A9t%C3%A9_du_spectacle_(livre)

L’information est une marchandise

Guy Debord est un penseur français née dans les années 1930 (1931-1994). Il incarne la lutte contre cette société industrielle, capitaliste qu’il considère comme simulacre. Il est l’auteur de « la société du spectacle » un essai publié en 1967 dans lequel il conceptualise la notion sociopolitique du spectacle.

La société du spectacle est une critique radicale de la marchandise et de sa domination sur la vie et de l’aliénation de la société de consommation. Selon Debord le spectacle est une idéologie économique qui permet à la société contemporaine de légitimer une vision  unique de la vie. Cette vision est notamment imposée  grâce aux médias. Le spectacle s’inscrit donc donc la logique du mode de production capitaliste.

Selon l’auteur la notion de spectacle est le rapport social entre des individus médiatiser par des images.

On peut illustrer son propos avec les informations données au journal télévisé. Les informations sont en fait des marchandises produites et achetés par les chaines de télévision. Elles sont mises en scène de façon à ce que le spectateur se sente réellement concerné, ce dernier va donc considérer qu’elles ont un impact direct sur sa vie.  Aucun spectateur ne vit directement ces informations et pourtant tous concerné,  vivent leur vie derrière leur écran.

L’accumulation de ce phénomène créer une bulle médiatique qui n’est finalement pas la vrai vie mais simplement un simulacre.

Pour s’émanciper le spectateur ne doit plus se référer à cette bulle qui n’est que spectacle.