Archives pour l'étiquette marvel

Kracauer VS Captain America

Dans De Caligari à Hitler une histoire du cinéma allemand Siegfried Kracauer montre comment le cinéma expressionniste allemand préfigure l’avènement du nazisme. Comme le cinéma est un média de masse, il est plus à même d’être un vecteur d’une culture nationale et de toucher un maximum de monde.

Aujourd’hui, l’expressionnisme allemand n’est plus un courant en vogue, et du moins au cinéma, on peut assister à ce qu’on appelle une «Marvelisation des films». En effet, la notion de Soft Power est un outil largement répandu à travers le monde, afin d’asseoir cette doctrine capitaliste qu’est la mondialisation, et plus particulièrement, l’américanisation. La société Marvel de production de films adaptés de ses propres comic book étas-uniens, s’est lancé dans une quête d’extension de son univers, en proposant depuis ces dernières années et pour de nombreuses années à venir, une multitude de films qui se font écho tous les uns et les autres, certains étant siplement pendant tout le film, l’introduction d’un autre film suivant. Bien qu’une partie de ces films se trouvent être dans le top 10 des films les plus chers au monde (et sachant qu’une partie d’autres sont aussi des films de super-héros, mais de la société DC) leur impact est bel et bien réel au niveau du publique, puisque ces mêmes films, ainsi que d’autres de la licence, qui viennent s’ajouter à la liste, font parti des films les plus rentables au monde.

L’aspect financier et la qualité parfois vraiment médiocre de certains films, et pour la plupart, sans grande importance culturelle cinématographique est en train de tuer la culture.

Oui, grâce à (à cause de ?) Marvel, les gens connaissent Asgard, Thor, Loki et Odin, mais bon, c’est pas encore le Kalevala…

Ou s’arrêtera la machine de guerre Marvel?

Afficher l'image d'origine

Le cinéma contemporain s’intègre parfaitement dans la culture de masse. Il est destiné à être consommé par un grand public hétérogène. Il est  produit  pour assouvir le désir d’une société qui demande de plus en plus de saga. Je vais prendre ici l’exemple des films Marvels. On perd toute authenticité quand l’on voit que chaque film n’est qu’un gabarit prédéfinit.  

Que ce soit Thor, Iron Man ou Captain America, ils sont tous beaux et doivent défendre leurs pays contre un ennemi qui souhaite imposé le mal. On nous réchauffe se modèle à toutes les sauces sur différents super héros (Spider Man ). D’ici 2020 Marvels prévoit treize films soit une moyenne de trois long métrages par an.  On peut parler d’une vrai industrie filmique qui engrange des millions et qui ne veux pas s’arrêter. On retrouve ici la majeur partie des points qui compose la culture de masse : Industrialisation du bien culturel – Diffusion Massive – Accessibilité – Diversification – Divertissement et Consommation Volontaire.

Afficher l'image d'origine

Pour satisfaire le public et apporté un peu de nouveaux de temps en temps on met tout ses super héros dans un seul et même film pour un cocktail encore plus explosif.

Marvels se lance même dans les séries en partenariats avec Netflix pour produire Daredevil ou Jessica Jones.

Ou s’arrêtera la machine de guerre Marvel ?