Archives pour l'étiquette mass culture

Pop culture et culture de masse

De nos jours, la culture est diffusée largement et parfois  mondialement. Il serait alors aisé de tout mettre dans le même sac et de qualifier la culture de culture de masse, et de s’en tenir à cela. Or, il faut distinguer pop culture et culture de masse.

La culture de masse est définie par 6 critères :

1 – industrialisation de biens et produits culturels
2 – diffusion massive
3 – accessibilité
4 – diversification
5 – divertissement
6 -consommation de ces produits qui repose sur un acte volontaire

Edgar Morin, né en 1921, est un sociologue et philosophe français,et il a édicté un autre critère. Selon lui la culture de masse est définie par le fait qu’elle est en partie déterminée par le public qu’elle cible. Dans le cas de l’art, celui-ci ne serait plus une émanation d’une individualité qui s’offrirait au public, mais plutôt un produit qu’un individu-entreprise conçoit en fonction de celui-ci.

La pop culture serait plutôt une culture créé de manière libérée et autonome, et qui s’avèrerait d’assez bonne qualité et assez universelle pour devenir un phénomène massif. L’exemple typique serait les Beatles.

L’exemple de Star Wars VII est criant pour moi. On peut le classer dans la culture de masse. En effet, on sent dans la réalisation de J. J. Abrams que tout a été fait en fonction de l’attente du public, et sous le pression de celui-ci. En résulte un film policé, très attendu, qui reprend la totalité des arcs narratifs de l’épisode IV et les épuise, ainsi qu’un fan service un peu grossier.

Une perte de la culture ? Mass Medias 1/9

Le “mass media” est un concept ayant émergé dans les années 20, et est très liée à la massification des échanges ayant explosé dans les années 50. Il crée une « Mass Culture » qui à ses propres règles, et sa propre histoire.

La période des « Trente Glorieuses », l’avènement du capitalisme, le cinéma de plus en plus présent, le monde de la musique, l’apparition de la pop culture, et enfin aujourd’hui la présence massive des réseaux sociaux dan notre quotidien sont autant d’effets de la mass culture.

Cette culture de masse est liée à différents auteurs traités plus tard sur ce blog, et peut être rapprochée de la pop culture, culture qui si elle fut méprisée par le passé, prend de l’importance de plus en plus. Je me pose ici la question de la perte de sens, de la perte de culture, notions aussi traitées plus tard à travers les futurs auteurs.

Cette massification de la culture aboutit à une massification des connaissances autour d’un produit culturel tel que pourrait l’être une saga filmique comme Harry Potter, où une série télévisée comme Game of Thrones : Ces « produits » culturels deviennent des références communes à beaucoup de personnes, et ainsi créent une perte de la signification profonde que pourraient avoir ces Œuvres (je fais référence ici à la notion de « Philistins » dont parlera Hannah Arendt).

Je vais donc présenter une série d’articles sur le sujet, en essayant d’y apporter mon éclairage personnel.

Au plaisir de vous lire en commentaire, bonne lecture à vous !

Mass culture : introductions aux articles

En tant que premier article, j’ai choisi de lui donner une particularité propre. Il nous a été donné comme travail d’écrire et de publier sept articles sur sept personnalités différentes. Tous ces personnages se rapprochent dans leur manière de penser, dans leurs écrits et leurs thèses, ils font parti d’une même époque, et ainsi cet article va servir à recontextualiser cette société de mass culture à travers les pensées des auteurs qui vont suivre.

Cette culture de masse est produite massivement par ce qu’on appelle l’industrie culturelle ; elle est appelée à être consommée par une humanité massive. Nous sommes face à une pure logique de marché. Pour être consommée elle doit plaire au plus grand nombre, elle est dans une recherche de public maximum.

Cette culture de masse s’étend sur plusieurs domaines, que ce soit dans le domaine de l’art avec la pop culture, puis dans le domaine de la société de consommation : on n’achète plus parce qu’on en a besoin, mais on n’achète pour acheter parce qu’en face, les industries doivent vendre pour vendre, pour vivre, pour faire économiquement marcher un pays. Il y a aussi l’industrie hollywoodienne qui contribue beaucoup à cette culture. Les films vont être produits à la chaine, ce septième art va devoir plaire à un public, parce que critiqué au début, c’est une vraie industrie qui se développe.

C’est ainsi qu’à travers les articles et les exemples, en s’appuyant sur les thèses des auteurs que nous allons découvrir plus précisément ce qui se cache derrière ces termes de « mass culture », en quoi ces auteurs qui datent du début du XXeme siècle sont finalement encore d’actualité aujourd’hui.