Archives pour l'étiquette radio

Les médias de masse, de l’avènement d’Hitler à aujourd’hui

Dans les années 30 la propagande politique était un des secteurs dans lequel la diffusion de masse avait son intérêt. Les moyens de communication de l’époque n’étaient pas tous favorables à une vaste diffusion, dixit le téléphone. En revanche, la radiodiffusion en plein essor depuis plusieurs années touchait déjà une grande partie de la population. Depuis toujours l’image quant à elle, véhiculée par l’affichage déjà bien ancré dans les mœurs de l’époque, a permis de toucher un maximum de gens. La modernité affirma le cinéma, le rendant accessible dans un premier temps, à un nombre intéressant de personnes, lui permettant ainsi de rentrer dans le top 3 des médias favoris de l’époque. Grâce à ces trois principaux médias, le nazisme a eût la possibilité de prendre une ampleur très rapide et massive.

A cette époque la façon de filmer que je considère d’une mode lente et la vitesse de transmission de l’information également très lente (un film doit être envoyé à son destinataire par moyens de transports divers), à cette époque le conscient des individus est pleinement visé à l’instar de leur subconscient (images statiques et plans fixes suivant un rythme lent laissant place à la réflexion).

Très vite tout s’est accéléré. En effet dès les années 1950/60, d’abords aux États-Unis, le son jusque là véhiculé par la radio a été supplanté par la télévision, amenant ainsi l’image et le son simultanément à une vitesse radiophonique. Là encore la mode et la politique en ont largement profité.

Tout ne s’arrêta pas là, car dès les années 1980 le téléphone vint jouer les trublions avec le minitel. C’est une vraie révolution car on accède enfin à l’interactivité.

Dès le début des années 1990 l’apparition d’internet fut très vite la symbiose du minitel, de la télévision, du cinéma et de la radio. Son développement a permit d’atteindre des vitesses de communication toujours plus grandes, ce qui en fait aujourd’hui le média de masse le plus populaire au monde. sa rapidité toujours plus croissante permet aujourd’hui grâce à des images furtives (on parle de millisecondes) de toucher non plus le conscient mais l’inconscient des individus. Là encore c’est une véritable révolution qui concerne pleinement le phénomène de masse où la rapidité fulgurante du partage de l’information prend tout son sens.

Média chaud ? Ou média froid ?

hotcold

Le média chaud est caractérisé par McLuhan comme étant un média qui apporte tellement d’informations, que finalement celui ci n’engage qu’une très petite participation du spectateur. En effet on utilise le mot spectateur plutôt qu’auditeur car le média chaud se focalise essentiellement sur le visuel alors que le média froid sur l’audition. Cependant ce dernier (le froid) requiert une forte participation intellectuelle et cognitive pour suivre et comprendre ce média, on peut prendre l’exemple de la radio dont l’information sensorielle de l’ouïe est plus dur a restituer que le visuel.

Cependant les concepts de média chaud et de média froid restent incertains et peu élaborés et même critiqués. Par définition, en classifiant un média dans une catégorie, celui ci ne peut pas aller dans un autre ; ceci pose problème pour les nombreux lecteurs sidérés concernant des média comme la télévision qui est classé par McLuhan dans les médias froid. En effet la télévision suscite d’ordinaire une participation moindre que celle qu’exige la radio. Finalement la télévision, c’est aussi bien de l’acoustique que du visuel…