Archives pour l'étiquette sens

La galaxie sensorielle

Marshall McLuhan intellectuel canadien, visionnaire et décalé. Nous a livré en héritage son analyse sur les médias. McLuhan nous présente sont analyse qui montre les étapes des médias dans le temps. On a tout d’abord le stade primitif ou c’est l’ouïe et la parole qui sont mis en avant. Puis la galaxie Gutenberg qui vois l’avènement de de l’écriture du sens de la vue. Puis viens la galaxie Marconi avec la cybernétique de l’électricité vois l’essor du sens du touché.

Ici ce qui on a un rapprochement des médias avec le sens qu’ils altère chez nous. C’est par nos sens que les médias connectent avec nous. C’est par notre gamme sensorielle que les médias de masse modèle notre compréhension de ces dernier et du monde qui nous entour.

À quoi ressemble réellement le monde ?

Marshall McLuhan, intellectuel et professeur du XXème siècle, émet la théorie des médias. Son postulat fondamental repose sur la notion de l’équilibre des sens, équilibre qui serait présent chez l’enfant comme chez le primitif, mais que les technologies et l’éducation perturbent, en donnant la primauté à la vue dans l’école traditionnelle, puis à l’ouïe depuis l’apparition de la radio et, enfin, au système nerveux central depuis l’arrivée de la télévision. Il va même plus loin. Selon lui, les média connaissent une hiérarchisation en fonction de l’ampleur des effets qu’ils ont sur le public. Avec la technologie de l’électricité, « nous approchons rapidement de la phase finale des prolongements de l’homme : la simulation technologique de la conscience. Dans cette phase, le processus créateur de la connaissance s’étendra collectivement à l’ensemble de la société humaine, tout comme nous avons déjà, par le truchement des divers média, prolongé nos sens et notre système nerveux. »

Continuer la lecture de À quoi ressemble réellement le monde ?

ça veut dire, ce que ça veut dire

Mitchell dans ses réflexions développe une théorie sur l’image. Ayant une préférence marqué pour les réflexions construites autours des signes. C’est sans complexe que Mitchell nous propose sa réflexion sur le vécu du monde, qui selon lui ne peut se faire sans les images.

Selon Mitchell le monde ne peut vivre sans les images car même sans elle il resterais tout ce quelle représentent… Aussi une image de fleur, même si on l’enlevait on garderait toujours en nous la signification de ce qu’est une fleur. tableau-design-fleurs-multicolores

Prenons alors une image plus abstraite. Le monde est construit de tel sorte que même si on pouvait soustraire une image abstraite on en garderait quant même le sens. Nous prendrons l’exemple de de la musique, même si on lui enlève son iconographie habituelle de la double croche, ou de la clef de Sol, on en garde quant même le sens.musique