Archives pour l'étiquette Simulation

Les Etats-Unis, maître de l’illusion et des faux semblants

En 1974, le président Richard Nixon démissionne de ses fonctions en raison de son implication dans l’affaire du Watergate. En effet des journalistes du Washington post et un indic mystérieux font tomber le voile de la vérité sur une affaire d’espionnage des plus douteuses.
Impliqué dans le scandale, Nixon quitte la présidence après sa réélection de 1972, 2 ans plus tard.

En 1947, est créée la plus grosse agence de renseignements au monde :  la CIA.
Celle ci va jouer un rôle dès sa création dans les affaires internationales, notamment en Amérique du Sud.
En plaçant des hommes de confiance à la tête de certains pays comme Cuba avec Baptista ou encore Noriega au Panama, qui sera jugé dans les années 90 pour traffic de drogues et meurtres.

cia

A la base double agent de la CIA, Manuel Noriega se retrouve piégé par les serres de l’aigle impérialiste Américain, lorsque celui ci fait importer illégalement des tonnes de cocaïne sur les côtes floridiennes. Cet exemple montre bien à quel point les Etats Unis sont maîtres de l’illusion et dresse un portrait de la première puissance économique aujourd’hui, tandis qu’ils sont aussi en partie responsable de certains problèmes politiques, religieux (CIA en Afghanistan dans les années 80, formant les premiers talibans) mais aussi sociaux (réouverture du blocus Cubain détruisant d’ici peu la culture de l’île au profit de la marchandise et du rapport bénéfique qu’ils vont pouvoir à nouveau en tirer).

L’exemple dernier est bien entendu la première visite d’un président américain Barack Obama au Japon, à Hiroshima pour la commémoration des attaques à la bombe nucléaire 71 ans auparavant. Première visite en 71 ans dans une ville encore bien meurtrie par les actes perpétués.
« La mort est tombé du ciel », annonce-t-il. Les japonais attendant cet évènement avec impatience, sont heureux de la prise de décision mais reste marqué surtout lorsque Barack Obama n’apporte aucun éclairement sur l’utilisation du nucléaire durant son mandat.

Nighcrawler : la réalité de l’hyperréalité

« A la télé, tout parait si réel » – voilà la réplique du personnage principal Lou lorsqu’il se met à travailler pour la télévision.

Nighcall, de Dan Gilroy, est sorti en 2014 et a montré une grosse critique des médias : toutes les images montrées sont faites pour choquer, et les histoires racontées ne sont pas forcément vraies. Le film présente l’histoire de Louis Bloom, un pigiste qui va évoluer dans le monde médiatique. Il rencontre Nina, femme qui travaille pour KWLA et qui lui achète ses images; puis il rencontre Rick, son assistant.

Si nous suivons la logique de Nighcall, en effet, les médias sont manipulateurs : ils modifient les histoires en fonction du public et de son intérêt pour l’histoire. Comme dit Nina : ce qu’on veut, ce sont des images chocs qui oppose deux milieux différents, de préférence une victime aisée blessée par une minorité.

Afficher l'image d'origine

On tv it looks so real : en réalité il parle de l’écran qui représente la ville de Los Angeles, cependant, on comprend que Dan Gilroy a placé cette réplique pour faire référence aux médias.

Alors la question ici est est ce que le public se rend compte de cette manipulation des médias ?

La réponse serait non, car les médias présente une hyperréalité : dans le film, les images sont réelles, mais les histoire ne le sont pas, les médias crée une simulation de la réalité en montrant la fiction.

Jeux vidéos, à la recherche du réalisme

Depuis l’apparition du premier jeu vidéo, les prouesses techniques n’ont cessé d’évoluer à tel point que la culture jeu vidéoludique a prit la même ampleur que la culture cinématographique. Aujourd’hui nous pouvons distinguer deux types de jeux : les jeux se revendiquant réalistes  et les autres.

dans la catégorie des jeux de courses nous retrouvons Assetto Corsa, la référence pc de la simulation automobile.http://images.spaziogames.it/articoli/2013/11/pc/15437/15437_1a.jpg

 

Dans la catégorie fps on retrouve battlefield 4 dans lequel l’avatar du joueur est confronté à des montées d’adrénaline lors de tirs de suppression ennemis. La destruction de l’environnement grâce au moteur graphique frostbite 3 contribue à renforcer le sentiment d’immersion.https://i.ytimg.com/vi/X5Y1zPIhFj8/maxresdefault.jpg

Nous pourrions encore en citer bien d’autre. Mais aujourd’hui c’est un nouvel outil qui est lancé sur le marché, la réalité virtuelle. Casques ayant déjà fait vivre le motion sickness à de nombreux joueurs.

http://www.realite-virtuelle.com/motion-sickness-solution

Quelques jeux d’horreur ont déjà fait leur apparitions, et pour peu que la personne soit sensible, ce simulacre hyperréel qu’est la réalité virtuelle, peut en traumatiser certains. Nous sommes face à une technologie nouvelle encore peu exploitée. Quels en seront les limites ? Espérons que simulacres et réalité ne sois pas confondus, car cet volonté à toujours vouloir repousser les limites du réel pourrait nous mener à confondre réalité et simulation.

http://www.francetvinfo.fr/economie/tendances/sante-la-realite-virtuelle-pour-guerir-les-phobies_1477043.html

#instasouvenir

Je suis tombée tout à l’heure sur cet article de Vice sur “l’art” de la photo, et sur ce phénomène grandissant où tous les détenteurs de smartphone avec un appareil photo digne de ce nom s’improvisent plus ou moins artistes à travers le réseau social aux 400 millions d’utilisateurs qu’est Instagram.

L’article en question : http://www.vice.com/fr/read/je-ne-pige-rien-a-instagram

Je ne partage pas forcément la vision de l’auteur sur la critique qu’il fait du réseau, mais une phrase en particulier a retenu mon attention, quand le journaliste dit “C’est comme si on nous disait de ne pas nous fier à nos propres souvenirs.” lorsqu’il pointe du doigt le besoin qu’on les  gens en général de tout prendre en photo. Par là, on peut entendre que l’individu est perdu dans sa propre réalité.

Entrée

On peut lier cette idée à la pensée de Jean Baudrillard qui écrit Simulacres et Simulation en 1981. Dans cet ouvrage, il introduit et définit le terme de “simulacre” en expliquant qu’il remplace le sujet auquel il se rapporte. En ce sens, il est possible de relier ce point de vue avec le lien photo/souvenir qui se mélangent. Lequel représente la réalité, lequel est vrai ? Un souvenir il n’y a rien de plus réel, mais il peut s’oublier, et dès lors il est impossible à rattraper, une photo, c’est immortel.

Je finirais en citant un passage du chapitre “La précession des simulacres” qui traite donc de l’image :

“Telles seraient les phases successives de l’image:

    1. elle est le reflet d’une réalité profonde
    2. elle masque et dénature une réalité profonde
    3. elle marque l’absence de réalité profonde
    4. elle est sans rapport à quelque réalité que ce soit : elle est son propre simulacre pur.

Dans le premier cas, l’image est une bonne apparence – la représentation est de l’ordre du sacrement. Dans le second, elle est une mauvaise apparence – de l’ordre du maléfice. Dans le troisième, elle joue à être une apparence – elle est de l’ordre du sortilège. Dans le quatrième, elle n’est plus du tout de l’ordre de l’apparence, mais de la simulation.”

Pour imager, on peut associer ces quatre étapes à ce qu’il se passe quand on prend une photo pour immortaliser un moment jusqu’à celui où on va la poster sur un réseau après l’avoir modifiée, arrangée. Pour ceux qui vont la voir, elle est effectivement de l’ordre de l’apparence et ne représente rien.

La pornographie biaise notre perception

Le mot pornographie est apparu au siècle des lumières, il désignait les études concernant la prostitution. Une immense industrie de consommation de pornographie a vue le jour grâce à l’apparition des cassettes vidéos, des DVD et d’internet. Les films pornographiques  sont aujourd’hui très populaires sur internet et sont définis comme étant des objets de divertissements qui ont pour finalité la masturbation.

Jean Baudrillard est un philosophe, poète et sociologue Français né en 1929 et mort en 2007. Il est à l’origine de la French Théorie appropriée par les USA dans les années 1970.  Il publie en 1981 «  simulacres et simulation  » dans lequel il émet des hypothèses saugrenues pour faire réfléchir.

Avec la métaphore de la carte  » Le territoire ne précède plus la carte ni ne lui survit. C’est désormais la carte qui précède le territoire – précession des simulacres –, c’est elle qui engendre le territoire « , Il explique que l’imaginaire a prit le pas sur le réel avec la simulation et de ce fait l’homme ne parvient plus à faire la distinction entre les deux. Tout est mis sur le même plan, l’homme vit désormais dans « L’hyperéel. »

Pour en revenir à la pornographie, des études scientifiques actuelles ont démontrées que l’utilisation excessive de cette pratique modifie la perception du spectateur dans ses relations sexuelles. Lors d’une relation sexuelle, la personne va faire appel à une imagerie « pornographique » lors de l’acte. Par conséquent cela lui rend plus difficile d’être pleinement présent avec son/sa partenaire, comme si la personne faisait l’amour tout en regardant  la télévision.

La pornographie étant un média comme un autre, modifie notre perception du monde et influence notre comportement.

Pour reprendre l’analyse de Jean Baudrillard de l’hyperréel, nous pourrions formuler les choses ainsi : La pornographie produit une vision hyperéelle des relations sexuelles.

La représentation hyperéelle/pornographique aurait donc une influence plus importante que la réalité par l’expérience.

 

Sword Art Online et eXistenZ, même combat : celui de Baudrillard

Connaissez vous Sword Art Online? Connaissez vous eXistenZ? Si ce n’est pas le cas, laissez moi vous résumer la chose.

sword-art-online-wallpaperSword Art Online (que nous appeleront SAO par la suite) est un manga dans lequel on suit l’histoire d’un jeune homme, Kirigaya Kazuto, qui se retrouve enfermé dans un jeu vidéo à réalité augmenté dont il est relié directement au cerveau.

existenzeXistenZ, sorti bien avant, en 1999, est très siilaire. Sans entrer dans les détails de l’intrigue, il s’agit de personnes qui jouent à un jeu du même type, en branchant directement la console à un port bionique greffé aux joueurs.

Dans un cas comme dans l’autre, les personnages perdent le contrôle le leur corps pour vivre dans celui d’un avatar, d’un personnage numérique.

Mais là où SAO se contente de construire une simpe histoire dans un jeu vidéo, eXistenZ est quant à lui une véritable critique de la société digne des réflexions du philosophe Jean Baudrillard, qui dénonce la volonté de la société à vivre dans une simulation de vie plutôt que de profiter du monde tel qu’il est.

Baudrillard, l’hyper réel remplace le réel

Baudrillard est une personnalité très controversé. Star aux Etats-Unis mais peu étudié en France il a développé le concept d’hyperréalité. L’hyperréalité serait la simulation de notre réalité. Cette simulation viendrait remplacer notre réalité. Ainsi les référentiels n’auraient plus une valeur fonctionnelle mais désormais fictionnelle. Ces écrits, qu’il assume lui-même comme hypothétiques sont souvent empreint de paradoxes.

Malgré la complexité de ses écrits sa pensée prend tout son sens avec des exemples concrets, ce qui se révèle très intéressant et soulève de nombreuses questions quant à l’authenticité de notre monde.

La mort de Jean Baudrillard n’a pas eu lieu.

Le sociologue et philosophe Jean Baudrillard est décédé mardi 6 mars à Paris, à l’âge de 77 ans. Né le 20 juillet 1929 à Reims, germaniste de formation et traducteur de Brecht, Jean Baudrillard a enseigné la sociologie à partir de 1966 à l’Université de Nanterre. Il a élaboré, au cours des trente dernières années, une critique radicale des médias et de la société de consommation.

Théoricien du concept de la « disparition de la réalité » d’un monde qui bascule dans le virtuel, le philosophe se décrivait comme un « désillusionniste »; désillusion qui le guidera toute sa vie. Auteur d’une cinquantaine de livre, dont celui-ci: La guerre du Golfe n’a pas eu lieu, œuvre qui sera mise en relation lors de sa mort par une constatation de René Schérer, présent à son enterrement.

La tombe de Jean Baudrillard se situe dans le cimetière du Montparnasse. Tel qu’il l’avait souhaité de son vivant, sa femme fît en sorte que les condoléances n’ait pas lieu. Ainsi pourrait-t-on dire que « l’enterrement de Baudrillard n’a pas eu lieu ! » remarqua opportunément le philosophe René Schérer se tournant vers le cinéaste Vincent Dieutre, qui se trouvaient parmi le public venu rendre un dernier hommage, et ajoutant: “… Et c’est tant mieux. A présent il va vivre”.

Finalement, en prônant l’hyper-réalité, Jean Baudrillard vivait pleinement de son postulat en admettant toute formes de simulation de son vivant, mais aussi de sa mort. Peut-être celle-ci est une forme de signe mettant en scène une simulation ? Peut-être n’a-t-il jamais réellement existé ?