Archives pour l'étiquette Tendance

Qu’est ce qui était « fashion » à Clermont cette année?

Wow, c’est compliqué en tant que novice de remarquer des tendances, mais je pense pouvoir dire qu’il y en a qui se détachent du lot : il y a beaucoup de thèmes récurrents.

Premièrement, le sexe. Dans toutes ses déclinaisons, bonnes ou mauvaises :

Carapace, un court-métrage sur l’autisme sexuel, Les Oiseaux tonnerre, un amour quasi-incestueux entre frère et soeur, Deep Space, la solitude d’un personnage dans l’espace et ses fantasmes.. Beaucoup de court-métrages sur la prostitution : S, par exemple.

Le thème de la nature revient beaucoup également, surtout en catégorie Décibels. Waiting for a signOn a mission, Fred Viola, Les Oiseaux Tonnerre.

D’un point de vue technique, beaucoup de plans séquences. Le plus démonstratif? Hillbrow.

Pour moi, ce sont les 3 choses les plus saute aux yeux du festival de cette année. Puisse mon âme de novice se professionnaliser lors des prochains ClermontFF!

A vous de juger,

CD.

A Clermont-Ferrand les nouvelles tendances du film naissent..

On retrouve dans toutes les séances visionnées au Festival de Clermont-Ferrand les thèmes suivants :

Le films sur le sexe sont majoritaires, comme si on ne pouvais pas faire un film de 15 min sans montrer des scènes de jambes en l’air : Jour J, Beauty, S, Les oiseaux-tonnerrre, carapace, vous voulez une histoire, A ciambra et bien d’autres (pédophilie, inceste, prostitution).

07_cc729_carapace03

Nous avons aussi vu des films dits « d’actualités » qui informe le spectateur sur une situation critique : révolutionnaires a Hong Kong, précarité en Afrique du Sud, en Iran ou en Italie , le conflit conflit israelo-palestinien…

Enfin, le bon point du Festival reste les séances labo ce sont des formats de court expérimentaux, originaux : très mode.

Tendance festival Clermont-Ferrand

Ce fut mon premier festival de court-métrage, je ne pourrais donc pas comparer avec les précédents cependant. Pendant le festival, je trouve que beaucoup d’artistes ont abordé le sujet de la prostitution, le sexe, la violence, les souvenirs, la solitude. Selon les courts-métrages, il y avait plusieurs points de vues différents ce qui m’a permis de m’a permis de réagir, de me poser des questions et de me forger ma propre opinion. L’animation était également présente lors de ce festival, présenté sous forme d’images 3D, 2D ou bien de découpages, elle regroupait essentiellement des sujets tels que le sexe, le vélo, internet… J’ai trouvé vraiment très intéressant d’avoir à disposition une multitude de sujets tous aussi différents les uns que les autres. Je garde donc un très bon souvenir de ce festival et j’ai hâte de découvrir la prochaine session lors de ma troisième année.

Les tendances de l’édition 2015

Si il fallait parler des tendances générales de cette édition 2015, je parlerais tout d’abord de ce qui m’a sauté au yeux en premier lieu : le pessimisme ambiant que l’on retrouvait dans chacune des séance, comme si cette édition était le dernier souffle, un souffle puissant, mais d’une tristesse !! En terme technique il y a certaines méthodes qui ressortaient plus, comme par exemple le suivi de personnage, que l’on retrouvait de manière récurrente. Le dessin était aussi très présent, il y avait au moins une animation par programmation, il servait d’ailleurs souvent à alléger le ton de la séance.

On retrouvait de toute les qualités vidéos, et de tout format, qu’ils soient carré ou large. En majorité, c’étaient le format large, qualité HD, qui l’emporté, mais dans l’ensemble c’était relativement varié. Les sujets récurrents étaient : la prostitution, les problèmes de banlieue, et le conflit israélo-palestinien.

Les tendances de #ClermontFF15

Mes très chers lecteurs,

L’heure est venue au bilan de ce festival du court métrage 2015. Ce festival s’est achevé le samedi 7 février et nous avons put remarquer  les tendances de cette édition en terme de format de sujet et de genre.

La première réflexion que je me suis faite au cours de ces visionnage de  séance  c’est que le sujet sur la prostitution était vraiment repris par plusieurs réalisateurs mais raconté de manières différentes.J’ai aussi trouvé que les femmes étaient  bien plus à l’honneur dans cette édition 2015 que les hommes. J’ai vu plus d’histoire, de parcours, de témoignage sur les femmes que sur les hommes.J’ai put aussi témoigner lors de ces trois jours qu’il y avait de nombreux travelling pour suivre certains personnages, leurs parcours. Je trouve que cela donne un dynamisme au récit, une certaine fluidité qui est agréable à regarder.

Pour tout vous dire c’est le premier festival du court métrage de Clermont-Ferrand que je fais. Je ne peux donc pas comparer avec d’autres tendances d’autres années, et ma faible expérience dans ce monde du cinéma ne me permet pas non plus de me rendre compte des nouvelles tendances…

J’espère que mon point de vue sur le festival du court métrage vous aura apporter certaines visions que vous n’aviez pas put remarquer. N’hésitez pas à me signaler votre point de vue en commentaire, je me ferais un plaisir à vous répondre.

A très bientôt mes chers lecteurs.

ML.