Archives pour l'étiquette texte

« REVENIR À DES CIVILISATION ANALPHABÈTES ? »

     Nous vivons selon Roland Barthes dans une société de l’écriture.

     Elle est partout, tout autour de nous. L’écriture rassemble principalement le texte, l’art d’écrire, l’art de s’exprimer, mais de nos jours, il arrive de nous questionner sur la place de l’image. Et si elle remplaçait le texte ? Et si nous entrions de nouveau dans une ère de civilisations analphabètes ?

     Si ce terme parait dur, s’il est puissant et peut faire peur, il est pourtant compréhensible.

     Le texte peut sembler essentiel, dans tout ce qui nous entoure. Nous vivons dans une société de consommation, de publicité, de commerce, de communication où le message linguistique est essentiel, où faire passer l’information correctement anime la plupart des personnes de la planète.

     Il est légitime de se poser la question si le texte est important, si l’image ne se suffit pas à elle-même, ou le texte à l’inverse ? Il est parfois simpliste de se dire que que l’image apporte du sens au texte, mais est-ce que le texte peut apporter du sens à l’image ?

     Il existe une liaison forte entre le texte et l’image, on le découvre de plus en plus au fur et à mesure des années. Un texte peut être lu seul sans l’aide d’illustrations, mais cette pratique est plus courante quand il s’agit de l’art de l’écriture. Mais qu’en est-il des journaux, des publicités ? Il me semble important que dans ce genre de circonstances de transmissions de l’information une image illustre un titre, un slogan. Si elle n’est pas indispensable, elle sert beaucoup. Elle illustre, parfois l’image en dit plus que le titre, elle rajoute de la matière.

CTvJKB1XIAAT3go(1)

     Mais elle ne doit pas totalement laisser de côté le texte. Ce dernier ne doit pas être négligé. Il fait toute la richesse de la langue, si l’image montre quelque chose qu’elle veut montrer, le texte comportera plus de nuances, il sera plus riche, plus audacieux.

     L’image ne peut pas se suffire à elle même tandis que le texte le peu, mais les deux sont complémentaires et on leur part de responsabilité.

     Si l’image existait seule, plus rien n’aurait autant d’intérêt, d’où l’expression de « civilisation analphabète ». La préhistoire regorge de trésor, de dessins permettant aux archéologues, aux historiens de proposer des hypothèses sur ce que c’était, il y a une part de mystère. Et même si le texte peut ne pas tout dire, les détails sont plus facilement retranscrits et analysables.

Napoléon nous aide à comprendre Bourdieu

Texte ou image? Il est parfois difficile de saisir le fond d’une pensé. Tout dépend du canal utilisé pour l’expliquer. Pierre Bourdieu définit la stratégie de reproduction à travers un texte écrit. En cherchant d’avantage d’information sur ses idées je me suis rendu compte qu’un autre support permettait d’illustrer ses idées. Dès lors, on se rend compte qu’un schéma s’y prête bien. Comme le disait Napoléon Bonaparte : « Un bon croquis vaut mieux qu’un long discours. »

« Les stratégies de reproduction, ensemble de pratiques phénoménalement très différentes par lesquelles les individus ou les familles tendent, inconsciemment et consciemment, à conserver ou à augmenter leur patrimoine et, corrélativement, à maintenir ou améliorer leur position dans la structure des rapports de classe, constituent un système qui, étant le produit d’un même principe unificateur et générateur, fonctionne et se transforme en tant que tel. Par l’intermédiaire de la disposition à l’égard de l’avenir, elle-même déterminée par les chances objectives de reproduction du groupe, ces stratégies dépendent premièrement du volume et de la structure du capital à reproduire, c’est-à-dire du volume actuel et potentiel du capital économique, du capital culturel et du capital social possédés par le groupe et leur poids relatif dans la structure patrimoniale ; et deuxièmement de l’état, lui-même fonction de l’état du rapport de force entre les classes, du système des instruments de reproduction, institutionnalisés ou non. »  P. Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éd. de Minuit, 1979, p. 145.

img-1