Archives pour l'étiquette vidéo

La vidéo comme langue universelle

video-tv2-ss-1920

Si, de nos jours, parler « d’explosion d’Internet » me parait un peu inapproprié, car cette « explosion » a eu lieu il y a déjà des années, et qu’aujourd’hui cette plateforme est plus qu’ancrée dans notre société, nous pouvons tout de même revenir sur un des aspects de cette croissance incessante : celle des diffusions de vidéos.

En effet, parmi les différentes facettes du réseau mondial du web, celle des vidéos reflette plus que jamais le caractère universel de ce média. Internet, à travers ses différentes plateforme de visionnage en ligne (YouTube, Viméo, Dailymotion, Wat.tv, …) a permis une croissance exponentielle des visionnages de ces dernières, à titre de rappel : en 2015, 4 milliards de vidéos YouTube étaient regardées quotidiennement.

Cette croissance peut s’expliquer en appliquant les travaux de Ferdinand de Saussure à ces plateformes : si le langage est la capacité, propre à l’espèce humaine, de communiquer au moyen d’un système de signes vocaux et la langue est le langage utilisé par une communauté linguistique. Alors la vidéo est une langue universelle, faisant appel au langage de chacun. Certe, dans chaque vidéo, les personnages visibles s’expriment en une langue bien précise (le Français, l’Anglais, …) les images elles, sont universelles, et les mêmes pour tout le monde. De plus les plateformes de visionnage en ligne proposent d’ajouter des sous-titres pour chaque vidéo, afin d’élargir le public visé par chaque vidéo, comme pour le cinéma.

Ainsi, il semble logique que le média de la vidéo soit en constante croissance, en profitant de l’essor d’Internet, et étant un média universel, franchissant, au même titre que les images, la barrière de la langue, ce support semble avoir de beaux jours devant lui encore.

Ohayo Japan !

Bonjour à tous,

cela fait maintenant 2 semaines que j’ai commencé mon stage chez « Mutual Images ». Cette association créée en 2013 à  pour but de faire des ponts entre les différentes disciplines universitaires afin d’avoir une vision globale sur l’attraction particulière que le Japon exerce sur les autres pays.

3 étudiants sont à l’origine de « Mutual Images » :
Aurore YAMAGATA-MONTOYA, présidente de l’association, Maxime DANESIN, vice-president et Shogo YAMAGATA, trésorier.
Ils organisent chaque année un workshop ou des doctorants de nombreux pays viennent échanger. Cette année le workshop se déroulait à l’université de Kobe au Japon. Le sujet quant à lui portait sur l’influence de la pop culture japonaise sur l’Europe. Cela m’a d’abord donné l’occasion, en amont du stage, de faire l’affiche du workshop :

affiche

Ensuite, ma mission principale à consisté à mettre en avant  le travail de « Mutual Images » sur place, accompagné de mon camarade Charlton FREDOC. Cela correspond tout d’abord à faire des captations vidéos de ces conférences afin que les personnes n’ayant pas pu se rendre sur place, à Kobe, puissent quand même y assister. Mais aussi à réaliser un petit film teaser qui retrace le programme de ces 2 jours. Ces parties de mon stage  sont terminées , et elles furent très enrichissantes : la découverte du monde universitaire, mener des interviews en anglais, une visite du musée du manga de Kyoto par la conservatrice, la planification de nos journées, la gestion de notre matériel… La grande autonomie dont nous disposions m’a permi d’apprendre  par certaines de mes erreurs et aussi grâce aux gens qui m’entouraient durant ce workshop. La partie la plus facile est terminée, maintenant il me reste un gros travail de montage vidéo.

Voilà, bye bye Kobe !

fff

Et un petit échantillon  du travail  que nous avons accompli, avec une interview du Professeur Yui de l’université de Kobe. Il nous parle du rôle qu’il a eut durant ce workshop et aussi de l’intérêt de réunir des personnes de tant de nationalités pour ce genre d’évènements.

Wake up Student, the Mattéi has you

MatrixBluePillRedPill

La décontraction du langage et du monde par le simulacre brouille les frontières du réel. Jean Baudrillard se retrouve au milieu d’oeuvre cinématographiques comme Matrix. Cette trilogie décline de façon originale le thème de la dévastation de l’homme par la technique, ou du moins celui de sa soumission aux simulacres. Pour traduire le lyrisme de Baudrillard, Mattéi décrit l’emprise du virtuel sur le réel, provoqué par l’importance des nouvelles technologies. L’existence de l’homme se compare donc à un amas de pixels. Le jeux vidéo créerait des univers virtuels menant à des questionnements ontologiques. Le règne de la simulation et la préférence de l’image à la chose réelle conduisent à l’abandon de notre monde pour un codage numérique.