Archives pour l'étiquette wag the dog

Et si vous créiez une guerre pour faire diversion?  

C’est le speech de Wag the dog (1997), un film de Barry Levinson qui débute deux semaines avec les réélections du président des Etats-Unis. Afin de cacher un scandale sexuel qui le met un péril, un président aidé de ses conseillers et spin-doctors cherche à détourner l’attention des médias et la presse afin de ne pas entacher ses élections présidentielles. 

Pierre Bourdieu, une figsite_28_rand_403431947_wag_the_dog_maxed_627ure majeure dans la sociologie française évoque dans « Sur la télévision suivie de l’emprise du journalisme », le danger que représente la télévision pour le champ culturel mais aussi pour la politique. La télévision devrait être un outil démocratique alors qu’elle est en vérité complètement son inverse. Il pose seulement ce constat mais ce dernier cherche une logique plus humaniste et culture
lle. Selon lui, la seule logique est capitaliste et elle se recherc
he par l’audimate. A la télévision règnerait une forme de censure invisible. C’est le règne de l’égo dans le cas ou la plupart des intervenant viennent pour être vu
Ensuite, un terme qu’il évoque est La pensée en kit ou fast-thinking, elle renvoie à la pensée rapide (kit) qui fait le deuil de toute subtilité, recherches et analyses. De plus, la télévision montrerait en cachant. Enfin son cinquième principe traite de la circulation de l’information qui est dite « circulaire », ce qui veut dire qu’elle fait ressortir toujours les mêmes informations par le fond et la forme. La banalisation de l’information télévisuelle par le biais des mêmes codes visuels et  sonores ne laisse plus de singularité. On semble sans cesse entamer l’information avec le spectaculaire et enfin le suivi.

Dans Wag the dog, ces principes sont très bien compris puisque l’information est crée de toute pièce. Ce film fut d’autant plus étonnant car ce dernier est sortit moins d’un mois avant les retentis médiatiques de Bill Clinton et de Monica Lewinsky.