Audio

Faite ce que vous faites

Dans le cadre de la réalisation d’un portrait sonore, j’ai décidé d’interviewer mon ancienne professeur en communication graphique qui travaille à la SEPR.

Les problèmes survenus sont les suivants. Quand je suis arrivé dans la salle de classe, tous les élèves étaient déjà installés alors que je voulais prendre leurs arrivée en classe. J’ai pris des sons d’ambiances de la classe, des crayonnés, bruitages d’aquarelles et le lancement d’un Imac. Une fois que tous les élèves travaillaient sérieusement et silencieusement, j’ai commencé à poser des question à Madame Aubelle. Ce fut compliqué pour elle de synthétiser ses propos tout en restant intéressante et cohérente. C’est pourquoi j’ai pris plus de 15 minutes de rush pour avoir de la matière pour travailler ensuite.

Cette exercice m’a permis de mieux régler les réglages du zoom en fonction des lieux et de l’ambiance sonore. C’est un moyen très instructif d’arriver à se réduire au son dans une interview. Cette exercice m’a proposé un défi que j’ai apprécié relever.

Je penses que les points faibles de mon interview sonore sont l’ambiance sonore qui n’est pas assez riche, le côté « classe » qui n’était pas assez présent alors que j’étais en plein milieu de leur cours. Je n’ai pas réussi à angler correctement l’interview sur son parcours puisqu’elle a aussi parlé du graphisme et de la créativité de manière trop général.

Les points forts sont que c’est une personne intéressante qui y met du sien quand elle parle. Le son était propre sans grésillement. La structure de mon interview, dans le sens où l’on comprends que vers la fin que c’est une professeur. Peut être même un peu trop tard.

Mathilde, catholique consacrée et réalisatrice d’un film sur Giorgio Fraissati

Présent sur le tournage, j’ai souhaité faire le portrait sonore de Mathilde Montovert, jeune soeur consacrée au « Chemin neuf », réalisatrice d’une docu-fiction sur Pier Giorgio Fraissati.

Ce qui motivait ma démarche d’interview, était de savoir comment Mathilde arrivait à concilier son sacerdoce et sa fonction de réalisatrice. Pour cela je voulais avoir son ressenti sur les événements du tournage, les difficultés et ce qu’elle a appris.

Pour le bon déroulement de l’interview nous avions des panneaux isolants afin de limiter les bruits extérieurs. En effet, nous étions dans un jardin mais proche de la circulation.

Ce qui m’a réellement plu est de faire l’interview en Italie. De plus, j’ai pu profiter de la nature environnante pour enregistrer mon paysage sonore.

J’aurais peut être du trouver un autre lieu d’interview pour une meilleure immersion sonore, mais malheureusement il était compliqué de le faire directement pendant le tournage de plans, Mathilde étant réalisatrice.

Pour les prochaines interviews, il faudrait que j’arrive à mieux canaliser mon intervenant afin que ses réponses ne survolent pas ou ne s’égarent pas trop du message que je veux faire passer à mes internautes.

En tout cas, je me suis bien pris  au jeu de cette interview sonore. Je trouve très intéressant de suggérer une image grâce au son. J’ai découvert une toute autre façon de faire passer un message qui ne m’attirait pas tellement avant.

 

 

Mon portrait sonore : My cup of time, interview de Cécile

Réaliser une interview aura été une expérience enrichissante, aller sur le terrain pour interroger une personne, ce n’est pas pareil qu’écouter un cours théorique, il faut fixer un rendez-vous, choisir un lieu idéal, préparer les questions… Bref, il faut entièrement prendre les choses en main.

J’ai donc interviewé Cécile, sophrologue, sur son lieu de travail, silencieux, car le calme et la sérénité est à la source de son métier.

J’ai essayé de ne pas interviewé très longtemps, car c’est toujours difficile de choisir, d’exclure; au final je n’avais pas plus de 6-7 minutes de son.

Toute la difficulté de l’exercice était pour moi le choix de l’angle, on a souvent tendance à se perdre en voulant tout savoir, et tout faire savoir. Et si c’était à refaire, je me concentrerais plus sur la personnalité de Cécile, son parcours, son expérience, ses émotions, en insistant moins sur la présentation de My cup of Time.

J’aurais également pu davantage construire le paysage sonore au lieu de rajouter un son extra-diégétique, en enregistrant par exemple des clients, leurs impressions, des respirations…

Mon Portrait Sonore, Farid, un gérant de tacos.

Voici mon portrait sonore de Farid, réalisé dans le cadre du cours de  Cécile Paturel. J’ai passé près d’une heure et demi dans les cuisines du Fast-food de Farid, « Le 9ème avenue », où il a partagé avec moi certains de ses secrets, et où il s’est livré tout naturellement au micro. Une belle et utile expérience dans le cadre du projet de Web-Doc !

Mon projet de documentaire sonore : Laslò raconte leur dernier concert

Je vais rencontrer Sacha, Rodolphe et Naemi, membres de « Laslò », groupe lyonnais de pop psychédélique et de trip hop, constitué de 4 membres ayant de grandes différences d’âge et donc une différente appréhension vis-à-vis de la vie de groupe. Ils me parleront d’eux, de leur parcours, et me raconteront leur dernier concert, qui d’après eux s’est plutôt mal passé…